Menu Fermer

Critique de l’épisode 8 de la série Halo – Discuter de la scène du Master Chief.

Arrêtez-moi si vous l’avez déjà entendu, mais la série Halo n’a cessé d’être un tour de montagnes russes où se côtoient le bon et le mauvais, et peu d’épisodes résument cela aussi bien que le récit de cette semaine dans ” Allegiance “. Rejoignez-nous sur The Game Informer Show pour discuter du huitième épisode de la série, analyser les moments les plus significatifs et discuter de la scène dont tout le monde parle.

Vos hôtes habituels, Alex Stadnik, Andrew Reiner et Brian Shea, sont de retour et ont certainement des idées sur le retour du Master Chief, de Makee et du Dr Halsey. Après une semaine passée sur Madrigal avec Kwan et Soren, l’attention se porte à nouveau sur Reach et sur ce que fait l’UNSC pour retrouver le Covenant et Halo. Pendant que la branche militariste de l’humanité panique à propos des autres planètes qui se font bombarder par leurs ennemis extraterrestres, John et Makee passent du temps à apprendre à se connaître après leur vision commune de l’homonyme de la série.

Alors que le plus grand spartiate de l’univers et l’espion de l’Alliance fraternisent dans le parc (et dans d’autres endroits), le Dr Halsey continue de se mêler de tout pour faire progresser l’humanité à son image, menaçant au passage les personnes qu’elle tente de sauver. L’ingérence du bon docteur et l’union entre les personnages principaux permettront-elles d’unifier les deux factions en guerre ou rendront-elles la bataille à venir encore plus difficile ? Pour le savoir, il vous faudra écouter l’émission de cette semaine.

Que pensez-vous de Halo jusqu’à présent ? N’hésitez pas à nous le faire savoir dans les commentaires ci-dessous. Nous aimerions également connaître votre avis sur les épisodes supplémentaires du GI Show. Vous les aimez ? Souhaitez-vous nous voir nous concentrer sur les jeux ou les séries Marvel à l’avenir ? N’hésitez pas à nous envoyer un courriel à l’adresse podcast@gameinformer.com ou à nous contacter sur Discord, car nous voulons savoir ce que vous pensez.