Menu Fermer

Steam Deck évolue : Prise en charge des écrans 40Hz-60Hz, test du VRS et amélioration de l’acoustique

Un peu plus de deux mois après son lancement initial, le Steam Deck de Valve continue d’évoluer et son dernier firmware bêta présente trois caractéristiques clés qui visent à améliorer considérablement l’expérience de jeu. Il s’agit de la possibilité de modifier le taux de rafraîchissement de l’écran de 40 à 60 Hz, de l’ombrage statique optionnel à taux variable (VRS) et de l’amélioration de l’acoustique. En abordant les questions d’intensité sonore, d’autonomie de la batterie, de fluidité du jeu et plus encore, on peut dire que Valve améliore l’expérience mobile – mais toutes les nouvelles fonctionnalités ne sont pas forcément un succès.

Commençons par la déception, à savoir l’ajout de l’ombrage à taux variable. À un niveau élémentaire, le VRS réduit la résolution interne des objets, mais garde leurs silhouettes nettes. Appliquez ce taux variable d’ombrage à des éléments à l’écran où il est peu probable que vous puissiez faire la différence (par exemple les zones sombres) et vous avez un moyen simple d’améliorer les performances – et/ou d’améliorer l’autonomie de la batterie pour un appareil comme le Steam Deck. En bref, pourquoi dépenser la même quantité de puissance GPU pour peindre un pixel que vous remarquerez à peine par rapport à ceux que vous remarquerez ?

Le VRS peut être réalisé par des moyens logiciels, mais les dernières générations de GPU le prennent en charge au niveau matériel et comme Steam Deck est basé sur la dernière architecture RDNA 2, il entre en jeu sur la console portable – mais il y a une différence essentielle. Comme il s’agit d’une fonctionnalité au niveau du système, elle ne peut pas faire varier la qualité du rendu en fonction de critères subjectifs : chaque objectif de rendu est compromis. D’après mes tests dans Crysis Remastered, par exemple, elle entraîne une dégradation intense et évidente de la qualité de l’image et son utilisation n’améliore les performances que de quelques points de pourcentage. C’est une astuce intéressante, mais très limitée dans son utilisation.

Lire la suite