Menu Fermer

BIOTA est un autre metroidvania que je ne savais pas que je voulais.

BIOTA est un metroidvania indépendant, et pour une raison quelconque, il m’a vraiment touché. Je l’aime vraiment. J’aime la gamme de palettes de couleurs que vous pouvez sélectionner, dont au moins une donne aux horreurs de science-fiction du jeu une sorte de chic de glace de vacances. J’aime l’aspect massif de l’art. J’aime la bande-son chiptune. J’aime le fait que le tout se déroule sur un astéroïde.

Mais, plus que tout, j’ai un faible pour les jeux dans lesquels chaque écran est une unité fixe du monde. Pour une raison quelconque, ce sont les jeux qui donnent le plus l’impression d’être des endroits réels. Si vous dépassez le bord de l’écran dans BIOTA, vous vous retrouvez dans un nouvel écran. Revenez en arrière et les ennemis ont respawné. J’adore ça.

C’est particulièrement utile pour un metroidvania, je pense, parce que votre cerveau se fait une image instantanée de chaque environnement, de la disposition des plates-formes et autres, et il est donc plus facile de commencer à construire votre propre carte interne – une carte qui est au moins en partie une carte des sorties et des entrées, des portes invisibles qui relient des espaces très visibles.

Lire la suite