Menu Fermer

La mise à jour du ray tracing de Doom a été lancée le jour du poisson d’avril – mais ce n’est pas une blague.

Doom est le jeu ultime. Il tourne sur des tests de grossesse, il tourne dans des voitures, et maintenant il tourne sur RTX – avec un ray tracing accéléré au niveau matériel, bien sûr. Sultim Tsyrendashiev, créateur du mod de ray tracing Serious Sam, a livré cette nouvelle version de Doom sous RT le 1er avril dernier, mais ne vous y trompez pas, ce n’est pas une blague. Il s’agit d’une refonte visuelle du jeu original, créant une esthétique RT intelligente de traçage de chemin pour un titre qui n’a essentiellement aucun modèle d’éclairage en temps réel tel que nous le concevons dans un jeu moderne. Les résultats sont excellents dans l’ensemble et les processus nécessaires pour y parvenir sont souvent ingénieux.

Tout d’abord, parlons des conditions requises : de quoi avez-vous besoin pour commencer ? Une copie de Doom est évidemment indispensable, en particulier pour le fichier WAD qui contient la majeure partie des données du jeu. Vous aurez également besoin de la version RT de prboom, disponible ici. Vous noterez qu’il existe des téléchargements optionnels pour une musique de meilleure qualité, ainsi que le plugin DLSS .dll, nécessaire pour améliorer considérablement les performances. La dernière exigence est un GPU Nvidia RTX. Pour des raisons qui ne sont pas claires, les cartes graphiques AMD RDNA 2 ne sont pas prises en charge – peut-être est-ce simplement parce que le développeur n’en possède pas.

Une fois toutes les conditions remplies et le jeu entièrement installé, nous pouvons commencer à répondre à la question de savoir comment le ray tracing peut fonctionner dans un moteur de jeu qui ne reconnaît pas le concept de lumière, sans parler de l’éclairage. Oui, Doom dispose de bandes lumineuses, de torches et de textures, mais elles ne fonctionnent pas comme dans un jeu moderne. Doom dispose d’un système d’éclairage basé sur les “secteurs” : imaginez que la carte est divisée en une grille, chaque cellule étant dotée d’une propriété d’éclairage de base. Au-delà de cela, Doom adopte le concept d’éclairage réduit. Ainsi, par exemple, si vous regardez dans un couloir, celui-ci s’assombrit progressivement, mais le point le plus lumineux se trouve toujours en face du joueur. En un sens, vous pouvez considérer le joueur comme une source de lumière rudimentaire. En fin de compte, l’éclairage n’est pas vraiment une “chose” dans Doom en tant que telle, mais de nombreux mécanismes astucieux sont en place pour que les sprites et les textures apparaissent plus clairs ou plus sombres, si un concepteur de niveaux y met le temps et l’effort nécessaires.

Lire la suite