Menu Fermer

Ghostwire : Tokyo sur PC présente un impressionnant nouveau concurrent de DLSS

Ghostwire : Tokyo est un jeu qui réserve de nombreuses surprises sur le plan technique. Le développeur Tango Gameworks a proposé un concept de jeu auquel je ne m’attendais pas, enveloppé dans un moteur très différent des titres précédents, offrant un niveau exceptionnel de finesse graphique. L’abandon de son propre moteur Unreal Engine 4, basé sur idTech, a clairement été un atout pour l’équipe, mais j’ai abordé la version PC avec une certaine appréhension. De nombreuses versions PC récentes sont arrivées avec des niveaux intrusifs de bégaiement qui ont un impact sur l’expérience, quelle que soit la puissance de votre matériel. C’est particulièrement fréquent dans les titres Unreal Engine 4 et, malheureusement, Ghostwire : Tokyo aussi.

Et c’est frustrant pour moi, parce qu’il y a tellement de choses à aimer ici d’un point de vue visuel, surtout en termes de fonctionnalités de ray tracing. Sur PC et PlayStation 5, ce sont les réflexions par traçage de rayons qui volent la vedette. Les reflets RT sont appliqués généreusement dans Ghostwire : Tokyo, notamment sur les surfaces très réfléchissantes, où l’on obtient un effet miroir parfait. Cela dit, ils s’appliquent également aux matériaux plus ternes, avec un aspect légèrement déformé, ce qui est coûteux en termes de calcul mais ajoute beaucoup au réalisme de l’éclairage.

Lire la suite