Menu Fermer

Dying Light 2 fait revivre la formule du monde ouvert de Techland.

Dying Light est un drôle de jeu. Passé en grande partie sous silence par des critiques indifférentes, il s’est ensuite attiré un nombre considérable de partisans qui ont été plus directs dans leurs éloges – le principal d’entre eux n’étant autre que la légende Fumito Ueda, un homme au goût impeccable qui, en le nommant son jeu de 2015, m’a toujours donné envie d’y retourner. Je n’ai que brièvement goûté à la suite de Dead Island, le jeu de Techland aux accents de parkour, appréciant ses combats débiles et son monde ouvert plein d’opportunités sportives pendant une demi-douzaine d’heures avant de passer à autre chose.

Dying Light 2 a l’air d’en faire beaucoup plus pour accrocher les joueurs de passage comme moi. Après plusieurs retards, et sept ans après le lancement du jeu original, Techland a récemment offert à la presse une partie importante du jeu. Après avoir passé quatre heures à jouer à quelques segments généreux de la campagne de Dying Light 2, j’ai certainement envie de m’y plonger encore un peu.

Lire la suite