Menu Fermer

Dying Light sur Switch – un autre miracle mobile ?

Le mois dernier, le développeur Techland a révélé que son jeu de survie et d’horreur en monde ouvert, Dying Light, serait disponible sur Nintendo Switch. Compte tenu de son ampleur et de sa portée, ainsi que du fait que le jeu visait 30 images par seconde sur la PS4 et la Xbox One, beaucoup plus puissantes, nous nous sommes demandés si cette conversion pouvait fonctionner ? Étonnamment, la réponse est oui. Dying Light comporte des compromis évidents, mais le jeu est complet, les performances sont décentes, la qualité d’image est meilleure que prévu et, surtout sur console portable, c’est un régal.

Dans une certaine mesure, ce portage va à l’encontre de la tendance : de nombreuses conversions Switch à partir des consoles de la génération actuelle sont exécutées à 30 images par seconde à partir de matériel source qui fonctionnait à une fréquence d’images de 2x (un moyen facile d’économiser les ressources du CPU et du GPU). Pendant ce temps, la résolution s’effondre souvent, au point que les artefacts et le flou de l’upscaling peuvent poser problème. Et puis il y a tout le concept d’un monde ouvert avec des détails granulaires – un test pour la mémoire, le CPU et la bande passante de la Switch, mais un environnement qui doit simplement être livré avec qualité sur un jeu comme celui-ci.

Lire la suite