Menu Fermer

Ride 4 : est-ce vraiment le prochain niveau de photo-réalisme ?

Est-ce vraiment “4 real” comme le dit le slogan ? La semaine dernière, une vidéo de la simulation de moto Ride 4 est devenue virale – avec plusieurs millions de vues sur Twitter et YouTube pour un téléchargement effectué par le YouTuber Joy of Gaming. À première vue, il est facile de comprendre pourquoi, quand on voit les images magnifiques, dynamiques et presque photoréalistes qui se déroulent dans une vue à la première personne, au casque. Basé sur Unreal Engine 4, la combinaison de la caméra, de la physique, du flou de mouvement, de l’éclairage et des matériaux est impressionnante – mais dans quelle mesure repousse-t-elle les limites de la technologie de rendu ? Le jeu est-il à la hauteur du battage médiatique ou avons-nous déjà vu tout cela dans DriveClub Bikes ?

Il y a quelques points clés avec Ride 4 qui méritent d’être soulignés. Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un nouveau jeu – il est sorti l’année dernière et son patch next-gen est arrivé un peu après son lancement. C’est juste que la vidéo virale a fait un travail remarquable en attirant l’attention du public sur le jeu quelque temps après les faits. Deuxièmement, en ce qui concerne la présentation elle-même, ce que nous voyons ici est une combinaison de facteurs qui s’associent pour créer quelque chose de magique – et un aspect clé de cela n’est pas du tout la technologie, mais plutôt la capacité de jeu du joueur. La vérité est que Ride 4 est un jeu brutalement dur, impitoyable et parfois injuste. Cela est dû en partie à l’aspect simulation : les motos sont moins tolérantes lorsqu’elles roulent à grande vitesse sur un sol irrégulier et cela se traduit dans le jeu. En outre, des motos concurrentes peuvent vous percuter par l’arrière et l’IA peut parfois faire preuve d’un peu trop de zèle sur la grille de départ. Certaines courses s’ouvrent tout simplement avec le joueur qui se fait écraser au feu vert.

Lire la suite