Menu Fermer

Le prochain Metroid devrait s’inspirer des jeux indépendants

En 2009, Chair Entertainment et Epic Games ont lancé Shadow Complex, un jeu de plates-formes à défilement latéral sur un homme appelé Jason qui explore un énorme complexe souterrain, acquérant peu à peu un équipement high-tech qui le transforme en une armée d’un seul homme. J’étais absolument ravi de mettre la main sur ce titre en raison d’un mot que les développeurs ont utilisé pour parler de leurs inspirations. Ce mot : Metroid.

À l’époque, Shadow Complex donnait l’impression d’être quelque chose de frais et de nouveau car, en 2009, les jeux dans la veine de Metroid étaient une rareté. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Rien qu’en 2021, nous avons vu des titres comme Ender Lilies : Quietus of the Knights, Grime, Greak : Memories of Azur, Narita Boy, Astalon : Tears of the Earth, F.I.S.T. : Forged In Shadow Torch, et Axiom Verge 2, qui s’inspirent tous de la série classique de Nintendo. Et – oh oui – Nintendo sort Metroid Dread en octobre. Il est presque impossible de se tenir au courant de tous les jeux qui s’inspirent de Metroid.

Cet afflux colossal de jeux de type Metroid est une aubaine incroyable pour les fans, mais je m’inquiète de ce que cela signifie pour la franchise qui a tout déclenché. Le boom des jeux indépendants au cours de la dernière décennie a permis aux concepteurs et aux petites équipes de créer des variantes riches et inventives de la formule de Metroid, mais Nintendo peut-il suivre le rythme de l’innovation ?

Rembobinons. Le premier Metroid a le mérite d’avoir développé le traditionnel jeu d’action/plateforme. Ce titre plongeait les joueurs dans un monde étrange et extraterrestre et mettait l’accent sur l’exploration et les améliorations permanentes permettant d’accéder à de nouvelles zones. Avec Super Metroid, Nintendo a réussi cette formule. Super Metroid était le mélange parfait d’exploration et de ramassages gratifiants qui facilitaient une exploration plus approfondie. Ajoutez à cela une carte utile, une atmosphère sombre et une bande-son géniale, et vous comprendrez aisément pourquoi Super Metroid a servi de modèle à tant de jeux aujourd’hui.

Et de nombreux studios se sont inspirés de ce modèle. La série Guacamelee de Drinkbox Studios a pris des éléments de bagarre et transformé les améliorations en combos d’attaque. La série Ori de Moon Studio a mélangé des mondes d’une beauté époustouflante avec des récits sincères et des jeux de plates-formes au pixel près. Yoku’s Island Express de Villa Gorilla a combiné l’exploration de Metroid avec des mécanismes de flipper pour créer une expérience entièrement joyeuse. Enfin, Dead Cells de Motion Twin a fait la même chose avec des éléments de roguelite, ce qui a fini par me convaincre que j’aime peut-être les roguelites.

Super Metroid était le mélange parfait d’exploration et de ramassages gratifiants qui facilitaient une exploration plus profonde.

Je pourrais continuer à parler de jeux comme SteamWorld Dig 2, Hollow Knight et, bien sûr, Castlevania. Mais je n’ai probablement pas besoin de le faire, car même si vous ne jouez pas à ce genre de jeux, vous avez sans doute remarqué l’explosion des Metroid-likes au cours des dernières années. À bien des égards, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour être un fan de jeux comme Metroid. En même temps, on a presque l’impression que Metroid lui-même n’a plus rien à explorer.

Pour être clair, je ne suis pas inquiet pour l’avenir du genre. Je pense que les développeurs indépendants continueront à produire des versions nouvelles et inventives de ce sous-genre unique, que nous connaissons et aimons tous. En revanche, je suis inquiet pour l’avenir de la série Metroid. Je crains que la série classique de Nintendo ne commence à être un peu vieillotte sur le marché actuel des idées.

Super Metroid est toujours un plaisir à jouer aujourd’hui, mais Nintendo n’a pas revu cette formule en presque 30 ans (si l’on met de côté l’incursion de Metroid dans le jeu en 3D). Depuis 1994, Nintendo n’a sorti que trois titres Metroid en 2D : Metroid Fusion, Metroid : Zero Mission, et Metroid : Samus Returns. Ces trois titres sont amusants. Mais c’est parce qu’ils s’en tiennent au modèle établi. Bien sûr, Fusion a introduit la possibilité de s’accrocher aux rebords et de grimper aux échelles, Zero Mission a brièvement sorti Samus de sa combinaison, et Samus Returns a ajouté des attaques rapprochées qui ont pimenté l’action, mais ce sont des modifications mineures. Dans l’ensemble, les trois jeux donnent l’impression d’avoir le même design de base glissé dans un nouvel environnement.

J’aimerais que la série Metroid prenne plus de risques, comme beaucoup des jeux indépendants mentionnés ci-dessus. Et si Nintendo introduisait des systèmes de RPG à la Castlevania ? Ou encore, s’il s’inspirait de Breath of the Wild et vous donnait tous vos outils au début du jeu pour que vous puissiez vous attaquer aux objectifs dans n’importe quel ordre ? Et, si Metroid explorait la coopération, ou contenait une narration à embranchements, ou avait un pistolet portail ? Tout est mieux avec un pistolet portail, non ?

Toutes ces idées sont-elles géniales pour Metroid ? Probablement pas. Mais les découvertes passionnantes viennent souvent d’endroits inattendus. Si Metroid veut rester parmi nous pendant encore plus de 30 ans, il doit grandir, il doit commencer à penser en dehors de sa boîte bien-aimée.

Je n’essaie pas de me plaindre que le design de Metroid est trop dérivé. J’apprécie toujours les astuces de Metroid, mais le frisson que j’ai ressenti en jouant à Super Metroid pour la première fois s’estompe. Metroid Dread sort le 9 octobre et j’ai hâte d’y jouer. Je suis sûr que Nintendo a trouvé quelques nouveaux éléments à ajouter à cette formule éprouvée, et qu’il va peut-être même la modifier de manière inattendue.

Mais si ce n’est pas le cas, Nintendo, j’espère que vous penserez davantage comme un développeur indépendant et que vous tenterez quelque chose de réellement innovant la prochaine fois.