Menu Fermer

Aujourd’hui, un jeu m’a appris à craquer un vrai coffre-fort.

Pourquoi Donlan m’a-t-il demandé d’écrire sur les serrures ? Je ne m’intéresse pas aux serrures. J’ai une clé qui me permet de penser aux serrures autant que je le veux, merci. Les serrures sont ennuyeuses – demandez à n’importe quel cambrioleur et je parie qu’il vous dira la même chose !

Ce n’est pas n’importe quelle serrure qu’il m’a demandé d’examiner : ce sont des coffres-forts. Le “safecracking”. Vous savez de quoi je parle parce que vous l’avez vu dans d’innombrables films. Le cadran sur la porte, le perceur de coffres-forts reclus, le stéthoscope appuyé contre la dalle d’une porte métallique, et puis clic-clic-clac, ils tournent autour triomphalement, ouvrant la porte. Donlan veut que je fasse ça. Pas à des fins illicites, devrais-je ajouter ! Nous ne sommes pas en train de créer une sorte de club du crime Eurogamer ! Vous imaginez ça ! Ha ha ! Rire nerveux !

Non non, je parle d’un jeu de braquage de coffre-fort. Petite question : les cambrioleurs de coffres-forts (un oxymore si j’en ai jamais entendu un) pensent-ils que c’est un jeu ? En tout cas ! Le jeu s’appelle Sophie’s Safecracking Simulator. Qui est Sophie ? Sophie Houlden, une créatrice de jeux plutôt prolifique. Appartiennent-ils à un monde secret de perceurs de coffres-forts ? Je ne sais pas. Pourquoi partagent-elles leurs secrets ? Je n’en sais rien. Mais elles le font.

Lire la suite