Menu Fermer

Quels sont les jeux que l’équipe de Game Informer a le plus rejoués ?

Certains jeux vidéo sont des expériences à vivre une fois pour toutes, tandis que d’autres ne nous lassent pas, même après le générique. Quelles que soient les nouvelles expériences qui nous tombent dessus, il y a certains jeux auxquels nous revenons sans cesse, que ce soit pour trouver de nouveaux secrets, pour améliorer nos compétences ou simplement parce qu’ils nous offrent une couverture chaleureuse et familière. Quels sont donc les jeux que nous, l’équipe de Game Informer, avons terminés le plus souvent ? Lisez la suite pour le découvrir et n’hésitez pas à partager vos jeux les plus joués dans les commentaires !

Marcus Stewart

Jeu : Sonic the Hedgehog 2Compte des passages : 30-35 (ou plus)

Je ne rejoue pas très souvent aux jeux, surtout en vieillissant. Cela est dû à la fois à la diminution du temps libre et à l’augmentation du revenu disponible pour acheter plus de jeux. Ce n’est pas un flex. J’étais un enfant fauché, alors dès que j’ai eu mon premier emploi à 16 ans et que j’ai pu enfin m’acheter des choses, j’ai commencé à accorder plus d’importance aux nouvelles expériences qu’aux anciennes, même celles que j’adore. Quand j’étais enfant, les choses étaient différentes. En général, je ne recevais pas de nouveaux jeux, ni rien d’autre d’ailleurs, avant la fin de l’année pour Noël et mon anniversaire (qui a lieu en novembre). Ainsi, je rejouais les jeux ad nauseam et Sonic the Hedgehog 2 a connu plus d’allers-retours qu’autre chose.

Bien que j’aie grandi avec une NES/SNES, j’étais un grand enfant de la Genesis. Sonic 1 m’a touché à l’âge parfait, et le personnage m’a conquis avec son attitude radicale. Sonic 2 a amélioré l’original en tous points et reste, à mon avis, le jeu Sonic parfait. J’y ai joué encore et encore, parfois seul, parfois avec mon frère en utilisant le mode coopératif à moitié conçu (je suis le frère aîné, il était donc toujours Tails). Lorsque j’ai grandi et que j’ai commencé à rejouer au jeu à travers diverses collections et portages, j’y ai joué au moins deux fois par an. Mon meilleur résultat est d’avoir terminé le jeu en moins de 40 minutes en ramassant toutes les émeraudes du chaos (et sans jamais échouer à une étape bonus).

Je n’ai pas de compte exact, mais je dirais qu’il s’agit de 30 à 35 parties au moins. C’est probablement plus, mais je vais rester modeste. Cela fait quelques années que je n’ai pas repris Sonic 2, mais la révélation de Sonic Origins a ravivé l’envie de faire un dernier tour dans Chemical Plant Zone.

Brian Shea

Jeu : Final Fantasy XPlaythrough Compte : 7

J’ai découvert le genre RPG relativement tard dans ma vie de joueur. Bien que j’aie passé d’innombrables heures sur la première console que j’ai possédée, la SNES, je n’ai jamais joué à des jeux de rôle sur cette console – je sais, c’est un blasphème ! Ma première véritable expérience de jeu de rôle a eu lieu lorsque j’ai ouvert mon Game Boy Color le matin de Noël, avec une copie de Pokémon Bleu. Bien que j’aie rejoué à Pokémon Rouge/Bleu/Jaune plusieurs fois, c’est mon deuxième RPG qui est le jeu que j’ai le plus rejoué.

Final Fantasy X m’a complètement époustouflé lorsque je l’ai vu pour la première fois chez un ami ; je savais que je devais l’acheter immédiatement pour ma PS2. J’ai ensuite lutté plusieurs fois contre le jeu sur PS2 avant d’acheter avec enthousiasme, des années plus tard, la version remasterisée pour Vita afin de pouvoir y jouer en déplacement – le rêve. Depuis, j’ai acheté la collection remasterisée sur PS3, PS4 et Switch.

En 2021, je viens de terminer ma septième partie de Final Fantasy X. Lors de mes premières parties, je me suis surtout concentré sur l’histoire, mais j’ai depuis étendu mon expérience aux armes célestes, aux éons cachés, aux sphères cachées, au Blitzball, à l’arène des monstres, etc. L’histoire, le combat au tour par tour, la nostalgie, tout est parfait pour moi, me donnant une chose amusante et confortable à attendre avec impatience tous les deux ans quand je décide qu’il est temps de vivre une fois de plus l’histoire déchirante, mais triomphante de Tidus et Yuna.

Liana Ruppert

Jeux : Mass Effect Trilogy, Dragon Age TrilogyPlaythrough Count : 34 (Mass Effect), 21 (Dragon Age)

Ça ne me dérange pas de rejouer des jeux s’ils ont un impact suffisamment important. En fait, j’y trouve du réconfort. Il y a tellement de jeux incroyables qui se sentent comme chez eux. Pour ma part, il y en a quelques-uns dans lesquels je me suis plongé plus que je ne le devrais. La trilogie Mass Effect, par exemple. J’en ai fait plus de 34 fois, et honnêtement ? BioWare a fait un travail incroyable pour rendre ces personnages significatifs et réels, en voyant même certains de ces personnages (je vous regarde, Garrus et Tali) avoir leur propre vie en dehors du commandant Shepard. Ressentir la perte, l’amour, la lutte pour survivre – tout dans cette histoire me donne envie de revenir et de monter à bord du Normandy une fois de plus.

Dans la même veine, l’autre franchise de BioWare, Dragon Age, occupe une place similaire dans ma vie. J’ai déjà joué 21 fois à cette trilogie, en grande partie pour approfondir l’histoire, car chaque fois que je joue, je trouve quelque chose de nouveau, quelque chose qui compte. Cela m’a également rendu très enthousiaste à l’idée de Dragon Age 4, dont j’ai déjà parlé en détail par le passé.

Si je n’ai pas envie d’une grande histoire, il y a deux jeux multijoueurs dans lesquels j’ai investi beaucoup de temps. Destiny 2, avec plus de 3 000 heures, et Elder Scrolls Online, avec plus de 6 000 heures. Si vous ne profitez pas de votre temps, pourquoi jouer ? C’est agréable de se perdre dans un monde numérique. Oublier le quotidien, devenir quelque chose de plus grand que soi. C’est pourquoi j’ai passé autant de temps dans ce type de jeux et je ne pense pas que cela va changer de sitôt.

Kim Wallace

Jeu : Persona 3Playthrough Count : 5.5

Si vous demandez quel jeu Persona est mon préféré, ma réponse ne change jamais : Persona 3. Il est arrivé au bon moment. La PS2 disposait d’une magnifique bibliothèque de jeux de rôle, mais on peut aussi dire qu’elle était plombée par la quantité au détriment de la qualité. Beaucoup de RPG se ressemblaient trop à mesure que l’on avançait dans son cycle de vie… jusqu’à ce que je prenne Persona 3. J’ai toujours apprécié le ton plus sombre et plus mature de la série Persona, mais Persona 3 a introduit les liens sociaux, ce qui a changé le jeu et m’a engagé à un nouveau niveau. Quelque chose dans les éléments de simulation de vie et l’interaction avec les liens sociaux pour apprendre leur histoire m’a fait me sentir connectée à l’expérience d’une manière que je n’avais jamais eue auparavant. Je pense que c’est parce que les liens sociaux ont apporté un élément très proche au jeu ; nous avons tous des difficultés dans la vie et nous avons tous besoin d’aide pour nous en sortir, et cela montre le pouvoir que nous avons de changer la vie de quelqu’un en lui donnant simplement de notre temps.

Ainsi, après avoir terminé ma première partie de Persona 3, j’ai eu besoin d’y rejouer et de voir tous les liens sociaux que j’avais manqués. Il y a aussi quelque chose à dire sur la maîtrise de la façon dont vous optimisez votre temps à chaque partie. Heureusement, d’autres versions, comme Persona 3 FES et Persona 3 Portable (P3P), m’ont donné encore plus de raisons de relancer le jeu. Les nouveaux liens sociaux offrent de nouvelles possibilités, et P3P m’a permis de voir l’histoire sous un nouvel angle en tant que personnage féminin. À ce jour, j’ai joué cinq fois au jeu, ce qui, pour un long RPG, est un exploit en soi. Je suis actuellement à mi-chemin de ma sixième partie, que je suis en train de regarder en streaming. Je vois toujours la magie de Persona 3 et la raison pour laquelle je l’ai aimé il y a toutes ces années, même si mes opinions sur certains personnages ont pu changer. Il s’avère que Junpei n’est pas aussi adorable en vieillissant. Cela dit, le pouvoir de Persona 3 sur moi réside dans ses liens sociaux et dans la façon dont il les implique dans l’aventure jusqu’à la toute fin.

Blake Hester

Jeu : Tony Hawk’s UndergroundCompte de parties : Innombrables

Je rejoue rarement aux jeux vidéo ; la vie est courte et les jeux vidéo sont longs. Cependant, quand j’étais enfant, j’avais l’habitude de rejouer à Tony Hawk’s Underground du début à la fin quand je m’ennuyais. Cela ne prenait que quelques heures, donc c’était un bon moyen de remplir le temps, et il reste à ce jour mon jeu préféré de tous les temps. Entre vous et moi, lecteur, je n’ai aucune idée du nombre de fois où j’ai fait ça. Mais pour surpasser tous les autres membres du personnel, disons que je l’ai fait 248 fois.

Et maintenant, chers lecteurs, c’est votre tour : quels sont les jeux que vous avez terminés le plus souvent et qu’est-ce qui vous pousse à y revenir ?