Menu Fermer

Disséquer le niveau le plus mémorable de Dead Space 2.

Si les suites de jeux vidéo n’ont jamais acquis la réputation erratique de leurs expériences cinématographiques respectives, on craint toujours qu’une suite n’atteigne pas les sommets de son prédécesseur. Ce n’est pas le cas de Dead Space 2 d’Electronic Arts et Visceral, qui a dix ans cette année et qui est considéré à juste titre comme l’une des meilleures suites de sa génération.

Après avoir survécu aux nombreuses épreuves et dangers du premier jeu, l’ingénieur Isaac Clarke se réveille trois ans plus tard sur le Sprawl, une immense station spatiale en orbite autour de la lune de Saturne, Titan. Désormais doté d’une voix, Clarke est rapidement submergé par les nécromorphes alors qu’une nouvelle épidémie de ces créatures mortes-vivantes menace d’engloutir la station. Tout au long des premiers niveaux trépidants et horribles de Dead Space 2, le joueur guide Clarke à travers des zones urbaines et le quartier général de l’obscure religion Unitology.

Dans le même temps, le formidable vaisseau spatial du premier jeu, un craqueur de planètes, se cache à l’arrière-plan et est souvent visible pour un joueur attentif. Sa forme anguleuse et hérissée hante Isaac alors qu’il cherche à échapper une fois de plus aux nécromorphes. “Très tôt dans le jeu, vous pouvez voir l’Ishimura garé là-bas”, explique Ian Milham, le directeur artistique de Visceral sur Dead Space 2 et la force motrice derrière le niveau le plus célèbre du jeu, le chapitre dix. “Et vous savez, on n’y accroche pas de lanterne, donc c’est très littéral. Mais nous voulions planter cette graine, comme, ‘oh mec, ils vont me faire retourner là-bas ? Ça va être terrible. C’était l’idée, de passer la première partie du jeu à faire de l’anticipation.”

Lire la suite