Menu Fermer

MLB The Show 21 Critique du jeu – Un coup de batte familier

Éditeur: Sony Interactive Entertainment

Développeur: Sony Interactive Entertainment

Libérer:

20 avril 2021

Évaluation: tout le monde

Commenté le: PlayStation 5, Xbox Series X / S, PlayStation 4

Aussi sur:
Xbox One

Lorsqu’une série sportive de longue date migre vers une nouvelle génération de consoles, les fans s’attendent à du changement. Les développeurs répondent généralement à cet appel avec des visuels améliorés, des idées de gameplay inventives et des fonctionnalités améliorées qui ne pouvaient pas être réalisées sur un matériel plus ancien. MLB The Show 21 ne présente pas d’arguments solides en faveur d’une mise à niveau dans aucun de ces domaines. Il faut plisser les yeux pour voir les différences graphiques, la jouabilité est identique et les seuls contenus exclusifs à la nouvelle génération sont des vidéos de commentaires d’après-match et un créateur de stade.

Les améliorations les plus importantes sont la réduction des chargements (environ 10 secondes de moins à chaque fois), des taux de rafraîchissement plus fluides et une résolution plus élevée – en gros, ce que l’on retrouve dans la plupart des jeux multigénérationnels. Plutôt que de se présenter comme un nouveau venu qui va redéfinir le sport, MLB The Show 21 s’apparente davantage à un vétéran avisé qui joue à ce jeu depuis 15 ans.

Sony San Diego a connu un grand succès grâce à des itérations annuelles, éblouissant périodiquement avec une nouvelle idée qui prend feu. Le jeu de cette année se concentre sur l’amélioration du jeu de base sur le terrain, le rendant plus serré, plus fluide et plus réaliste. Bien qu’aucune nouvelle idée ne fasse tourner les têtes, un grand nombre de modifications et d’ajouts au niveau du gameplay contribuent à faire de MLB The Show 21 le meilleur jeu de baseball à ce jour. Oui, il a longtemps été le seul jeu de baseball notable en ville, mais il ne faut pas le sous-estimer pour autant ; la base est fantastique et se classe parmi les meilleurs de tous les jeux vidéo sportifs.

Cette année, c’est le jeu de champ qui bénéficie le plus de l’itération. Avec des centaines de nouvelles animations en place, les joueurs de champ prennent des chemins plus réalistes vers les balles, et plutôt que de faire des virages maladroits pour s’ajuster aux trajectoires des balles, ils peuvent maintenant se redresser pour corriger la trajectoire. La rapidité des joueurs de champ est également mise en valeur par de petits lancers de poignet si leur élan les éloigne du jeu. J’ai vu beaucoup moins de problèmes ou d’imprécisions dans l’animation des champs que les années précédentes, et la plupart des jeux spectaculaires étaient remarquables. J’adore les petits détails que Sony inclut, même après la fin d’un jeu. C’est un jeu incroyablement fluide, et il est étonnant de voir la rapidité avec laquelle il peut mettre en place une animation spécifique pour une situation donnée, comme une balle au sol qui dévore un joueur vivant.

Cliquez ici pour voir les médias intégrés

Si vous pensiez que tous les mécanismes de lancer existants étaient trop faciles à utiliser pour peindre les coins et faire plier les genoux des batteurs, le nouveau système Pinpoint Pitching offre un niveau de difficulté plus élevé, car il vous pousse à exécuter le timing et le mouvement pour des lancers spécifiques grâce à différents mouvements du stick analogique. Une balle rapide ne nécessite guère plus qu’un mouvement de bas en haut, mais pour exécuter une balle courbe ou un slider, vous devrez faire des mouvements circulaires fluides. Tout écart par rapport au mouvement et à la vitesse requis entraîne une perte de précision. Bien que j’aime voir le pourcentage de précision de chaque lancer, j’ai trouvé cette mécanique de lancer fatigante sur une manche de neuf et moins amusante que l’ancien système de compteur, qui est toujours dans le jeu et meilleur que jamais grâce au rééquilibrage.

Road the Show bénéficie également de changements subtils, mais notables. Votre recrue peut désormais être un joueur à double sens comme Shohei Ohtani, ce qui vous permet de lancer et de jouer à la position de votre choix. Cette option de joueur vous donne le meilleur des deux mondes : frapper et jouer sur le terrain pendant quatre jours consécutifs, puis jouer sur le terrain le cinquième jour. C’est un point d’entrée amusant (et rare) dans le monde du baseball.

Le développement de Road to the Show pour toutes les disciplines de joueurs est bien géré, mais l’accent est trop mis sur les augmentations de statistiques provenant des équipements à collectionner, comme les lunettes de soleil, les crampons, les battes, etc. Le développement du joueur finit par ressembler à celui d’un jeu comme Destiny, où vous changez constamment de chargements pour améliorer vos statistiques. Si vous êtes un joueur à double sens, vous voudrez des loadouts différents pour le lancer et la frappe, ce qui peut être ennuyeux de devoir se retirer dans le clubhouse pour les changer.

Le gameplay général et les voies de progression de Road to the Show sont pratiquement inchangés, mais la présentation d’après-match et le semblant de récit de carrière sont améliorés grâce aux vidéos et aux commentaires d’anciens joueurs de la Big League, d’analystes de MLB Network et d’autres invités. Certains des changements apportés par Road to the Show nuisent toutefois à l’expérience. Vous ne pouvez plus vraiment choisir un archétype défini et, étant donné la façon dont fonctionne la progression des joueurs, vous ne pouvez pas importer votre joueur de MLB The Show 20. Cela dit, j’aime beaucoup la possibilité de faire entrer votre nouvelle recrue dans Diamond Dynasty pour voir comment elle se comporte dans l’espace compétitif.

Il faudra des tonnes de jeu et des chargements impressionnants pour le faire entrer dans la catégorie des plus de 90 légendes, mais voir votre recrue dans l’alignement entre des joueurs comme Roberto Clemente et Ken Griffey Jr est plutôt cool. La sélection de légendes proposée dès le départ est fantastique, tout comme les programmes liés à certaines d’entre elles, comme Jackie Robinson et Eric Davis. Les débloquer demande un certain effort, tout comme gagner de la monnaie pour acheter des paquets de cartes (ce qui est un peu plus généreux cette année). Des récompenses notables sont liées aux nouveaux Moments quotidiens, et les modes hérités comme Conquête et Programmes ont été retravaillés pour réduire la pénibilité et offrir de meilleures récompenses. Diamond Dynasty regorge une fois de plus d’excellentes possibilités de jeu, que ce soit en mode solo ou en mode compétition. Même avec l’amélioration de Road to the Show, Diamond Dynasty reste l’attraction principale et permet d’assembler un roster avec brio.

Cliquez sur les vignettes des images pour les agrandir

Le mode Franchise a reçu d’importantes améliorations qui facilitent le développement et l’évaluation des joueurs. Les tableaux de profondeur remaniés vous donnent un aperçu clair de l’organisation et des joueurs à qui vous pouvez donner une chance. De mars à octobre, les prospects jouent désormais un rôle dans ce format à saison unique, grâce à des moments d’accélération qui vous donnent l’occasion de propulser une recrue vers le potentiel MLB. Je n’en suis encore qu’au début de ma saison de mars et je n’ai pas encore vu l’un de ces moments, mais j’espère que cela ajoutera une étincelle de jeunesse à mon équipe en fin d’année.

Si vous créez votre propre équipe dans Diamond Dynasty ou si vous voulez une nouvelle maison pour votre équipe de franchise, vous avez maintenant la possibilité de créer un stade qui correspond à vos besoins et à votre style si vous jouez sur des systèmes new-gen. Le créateur de stade est assez complexe et n’est pas aussi intuitif que je l’espérais, mais il permet de créer un large éventail de cathédrales de baseball. En utilisant les nombreuses options proposées, j’ai créé un stade classique comme Fenway Park avec des murs bleus géants dans les champs droit et gauche, ainsi qu’un parc fantastique avec des dinosaures vivants errant dans une prairie au-delà des murs du champ extérieur. Sony doit faire un meilleur travail pour mettre en valeur les meilleurs stades créés par les utilisateurs et supprimer les stades offensants téléchargés par les utilisateurs, mais j’ai réussi à trouver beaucoup de superbes créations à explorer et à s’inspirer.

Pour les joueurs Xbox qui se lancent dans le jeu pour la première fois, Sony propose un système d’accueil agréable avec des tutoriels rapides et détaillés pour tous les modes de jeu. Il propose notamment un parcours de difficulté clair dès le départ pour les niveaux Casual (à prendre et à jouer), Simulation (basé sur les évaluations des joueurs et des équipes) et Compétitif (axé sur les compétences du bâton).

Quant à la console sur laquelle le jeu est le plus agréable, la manette DualSense de la PS5 offre un meilleur retour haptique pour des actions spécifiques dans le jeu ainsi qu’un son 3D, mais ce sont les seules différences notables que j’ai constatées entre les versions Xbox et PlayStation. Toutes les voies d’accès au jeu de cette année sont aussi bonnes les unes que les autres. Le crossplay semble fonctionner parfaitement au lancement, à l’exception de quelques erreurs de connexion/serveur pendant la semaine de lancement.

MLB The Show 21 manque de flash et de nouveaux chemins expérientiels cette saison, mais continue de s’améliorer sur le terrain et sous le capot, offrant à un tout nouveau public de joueurs un jeu d’enfer pour commencer leur carrière de baseball.

Score : 8,5

Résumé : La longue série de baseball de Sony impressionne une fois de plus sur le terrain, mais n’offre pas beaucoup de nouvelles expériences.

Le concept : Le meilleur jeu de baseball continue de s’améliorer, mais il n’est pas à la hauteur de ses débuts sur la nouvelle génération.

Graphiques : La fluidité du jeu sur le terrain est bien meilleure cette année, avec de meilleurs trajets vers les balles et des animations de transition plus nettes. Qu’il s’agisse du jeu sur le terrain ou du stade environnant, l’ensemble du jeu est superbe et offre un haut niveau de réalisme.

Le son : L’équipe de commentateurs suit bien le déroulement du jeu, et les courts podcasts d’après-match permettent d’étoffer la carrière de votre recrue dans Road to the Show.

Jouabilité : Le nouveau mécanisme de lancement ajoute du défi, mais n’est pas aussi amusant à utiliser que les anciennes options. Road to the Show et Diamond Dynasty sont subtilement améliorés et offrent des expériences formidables qui vont de pair.

Le divertissement : Même sans beaucoup de nouvelles fonctionnalités, The Show impressionne par son jeu et la richesse de son contenu. Il y en a pour tous les goûts

Replay : Haut

Cliquez pour acheter