Menu Fermer

La division Esports d’Activision Blizzards subit des licenciements.

Activision Blizzard a licencié une cinquantaine d’employés de sa division esports, en partie à cause de la pandémie actuelle de COVID-19 qui entraîne un manque d’opportunités d’événements en direct.

Après une année de quarantaine et d’isolement social, la société a décidé de continuer à s’éloigner des événements en direct, même après le COVID. Dans un rapport du Sports Business Journal, partagé par Rod Breslau, spécialiste de l’esport, la décision indique que des mesures seront prises une fois que la société aura retrouvé un semblant de normalité.

Lors d’un entretien avec Tony Petitti, président d’Activision Blizzard chargé des sports et du divertissement, celui-ci a confirmé que les divisions les plus touchées concernaient les ligues Overwatch et Call of Duty. Selon Tony Petitti, cela fait partie d’un changement plus large concernant la façon dont l’entreprise aborde son activité événementielle et fait partie de la stratégie visant à devenir “moins dépendante” de ce type de rassemblement social.

Même si cela ne signifie pas que les événements en direct vont disparaître complètement, la pandémie a radicalement modifié le visage de l’esport au cours de l’année écoulée. Il ne s’agit pas seulement des scènes compétitives liées à Blizzard, mais de l’ensemble des sports électroniques qui, pour des raisons de sécurité, se sont éloignés des événements tape-à-l’œil sur scène.

“Nous avons beaucoup appris l’année dernière sur la façon dont les ligues peuvent être structurées pour le jeu en ligne, et nous chercherons à faire avancer les meilleures pratiques qui en découlent”, a déclaré le président lors de l’interview. “En termes de calendrier, il s’agit d’une réaction aux réalités de la façon dont les ligues jouent et des ressources que nous devons allouer pour servir au mieux la ligue, les propriétaires, les équipes et les fans.”

Il a ensuite ajouté que la décision de licencier une cinquantaine d’employés n’était pas une décision prise “à la légère.” Cependant, le souvenir de la suppression brutale de plus de 800 emplois par cette même entreprise est encore frais en 2019, et elle a ensuite suivi de près ces suppressions en lançant un appel à environ 2 000 nouveaux employés.

Un rapport distinct, publié ultérieurement par Bloomberg, indique que les licenciements n’affectent pas uniquement la division esports. En réponse à un éventail plus large de licenciements, un porte-parole a déclaré au site que d’autres domaines touchés incluent le développeur de Candy Crush, King. Cependant, le nombre exact de ces employés touchés n’est pas connu à l’heure actuelle.

L’indemnité de départ comprend un forfait de 90 jours et le maintien des prestations de santé pendant un an après le licenciement. Bloomberg a également rapporté que, dans le cadre de cette indemnité de licenciement, tous les employés concernés ont également reçu une carte cadeau de 200 dollars pour Battle.net, le lanceur des jeux Blizzard.

[Source : Sports Business Journal via Twitter]