Menu Fermer

Semaine de la musique : Ce que Debussy peut nous apprendre sur l’humeur dans les jeux

Dans le prochain numéro de la Semaine de la musique, nous examinerons comment un mouvement spécifique dans le domaine de l’art et de la musique pourrait être particulièrement adapté aux jeux.

Bien qu’il soit considéré comme le compositeur le plus important du mouvement impressionniste, Claude Debussy n’aimait pas cette étiquette. “J’essaie de faire quelque chose de différent, un effet de réalité… ce que les imbéciles appellent l’impressionnisme”, écrit-il en 1908, “un terme aussi mal utilisé que possible, notamment par les critiques, puisqu’ils n’hésitent pas à l’appliquer à [J.M.W.] Turner, le meilleur créateur d’effets mystérieux de tout le monde de l’art”.

Debussy se méfiait probablement de ce terme en raison de ses origines douteuses dans le monde de l’art : inventé par le critique Louis Leroy, il fut initialement utilisé de manière péjorative pour critiquer une exposition de peintres tels que Claude Monet et Pierre-Auguste Renoir. L'”impressionnisme” était utilisé pour ridiculiser les coups de pinceau lâches et la composition désinvolte des peintres, que Leroy (et beaucoup d’autres à l’époque) considérait comme inachevés. Le terme a ensuite été appliqué à la musique de Debussy, les critiques trouvant des similitudes entre l’utilisation par les peintres de couleurs contrastées, de lumière et de fonds flous, et l’utilisation par Debussy de la couleur et de l’harmonie orchestrales pour que les auditeurs se concentrent sur une “impression” globale.

Lire la suite