Menu Fermer

Le combat à l’épée réaliste est de retour dans le Hellish Quart, et nous sommes des déchets à ce niveau

Bertie : Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, je peux enfin vous dire que j’ai fait du combat à l’épée dans la vraie vie ! Chaque semaine, j’allais dans le gymnase d’une petite école, je me couvrais d’un mélange de rembourrage de cricket et d’équipement d’escrime, puis je frappais d’autres personnes (qui faisaient partie de la classe, évidemment !) avec une grosse lame. Un mot long, en fait. Une grande épée longue en métal. Cool, hein ! (Sussex Sword Academy, si jamais vous êtes intéressé).

Je n’y suis pas allé très longtemps, seulement quelques mois, mais ce qui s’est développé pendant cette période, c’est une appréciation de l’art réel du combat à l’épée, des bases, et de la différence avec ce que nous voyons dans les jeux. La plus grande différence, même avec une grande épée lourde comme une épée longue, c’est qu’on ressent beaucoup plus l’autre lame et qu’on glisse dessus, plutôt que de trancher sauvagement. Et en général, les attaques sont un ou deux mouvements liés entre eux autour d’un mouvement économique, et puis vous reculez, ou vous vous rapprochez tellement que vous ne pouvez pas vous balancer, que vous frappez en hauteur ou déséquilibrez l’adversaire à la place. Oh, écoutez-moi ! Bertie estime qu’il est un expert.

Le rythme est complètement différent. Il ne s’agit pas d’une hyar-hyar-hyar comme lorsque vous découpez un décor hollywoodien et que vous donnez un coup de pied par-dessus un décor, mais de tourner en rond, de sonder et de sentir votre adversaire avant de tenter une attaque. Et le plus important de tout : vous ne vous exposez pas. Pas comme ça, sales gens ! Et Hellish Quart a compris cela. Le Hellish Quart, c’est tout ça.

En savoir plus