Menu Fermer

Tomas Sala et le fauconnier, une histoire de découverte de soi et d’évasion

“C’est quelque part entre un castor et un rat.”

De toutes les choses que je pensais apprendre du créateur de jeux solo Tomas Sala, l’existence des rats musqués n’en faisait pas partie. Ils sont bien réels ! Ils sont comme des rats surdimensionnés mais avec de grosses pattes arrières palmées pour nager dans vos cauchemars avec. Et là où vit Sala, près d’Amsterdam, ils posent un gros problème. Ils rongent et creusent dans les barrages, affaiblissant la structure, jusqu’à ce qu’un jour, crrrrreeeaaaaack, le tout s’écroule. Laissons-les faire et que resterait-il – Amster ?

Ils sont ce qu’on appelle une espèce envahissante et c’est pourquoi, dans le bois que je vois par la fenêtre derrière Tomas Sala – que je ne commente vraiment que pour faire une conversation polie – je découvre qu’ils ont un quartier général pour un groupe de travail qui sort en canoë et attrape, et met en cage, les rats musqués avant que les rongeurs ne détruisent tout. En cinq minutes de conversation avec Sala, je me rends compte de deux choses. Premièrement, il a quelque chose d’intéressant à dire sur presque tout. Et deuxièmement, tout ce qu’il dit réussit infailliblement à parler de son jeu, le Falconeer, qui réussit infailliblement à toujours parler de lui.

En savoir plus