Menu Fermer

Evil Genius 2 : La domination du monde semble être une affaire de charme

Après une matinée avec Evil Genius 2, j’ai découvert que si j’ai un génie maléfique pour quoi que ce soit, ce n’est pas pour l’économie. Je continue à faire s’effondrer mon économie maléfique. Je devrais être assis dans ma forteresse sur une île déserte et profiter de la vue de mes sous-fifres qui apportent de l’or dans mon coffre-fort. Au lieu de cela, je suis plongé dans la construction – des tunnels au mauvais endroit, des pièces avec des portes qui ne rentrent pas, des lumières qui s’éteignent parce que je n’ai pas construit assez de générateurs. Ce n’est pas un jeu compliqué, c’est tout moi. C’est comme dans Grand Designs, mais avec des gardes armés prêts à se débarrasser de Kevin McCloud dès qu’il arrive et commence à parler de toilettes à compostage.

C’est un beau jeu. La version de démonstration actuelle se limite au tutoriel, mais elle est plus que suffisante pour vous permettre de mettre en place votre opération maléfique. Le seul QG que je peux sélectionner est l’île tropicale, mais il est parfait pour les méchants, avec un héliport, des gardes qui courent partout et la houle arctique d’une bande son classique de Bond qui s’abat sur les écouteurs. Si vous avez joué à Evil Genius 1, ou Dungeon Keeper, ou même à Theme Hospital, vous serez chez vous. Il s’avère qu’être un génie du mal, c’est un peu comme être administrateur d’un hôpital. Construisez les pièces dont vous avez besoin pour vous lancer. Construisez de l’électricité et un espace de stockage pour l’or, ainsi qu’un endroit où vos sous-fifres pourront s’entraîner à se briser le cou (d’accord, les hôpitaux n’ont pas besoin de toutes ces choses), puis assurez-vous que les chiffres augmentent.

Placer des pièces et les équiper d’objets est une opération simple et agréable, qui s’effectue par glisser-déposer et s’accompagne d’animations très élaborées pendant que vos sous-fifres font leur travail. L’électricité et tout le reste sont sans souci : il suffit de construire des générateurs et de laisser le mauvais câblage et les infrastructures se débrouiller seuls. Chacun des génies maléfiques du jeu possède des compétences qu’il peut utiliser. Mon gars, un Blofeld si j’en ai jamais vu un, est capable de faire travailler les gens plus vite ou de les faire s’entraîner plus vite quand il est à proximité. Il est vrai qu’il est bizarre de voir un génie maléfique se promener dans les environs, car ils sont généralement du type “chat à l’œuf” et “chat à l’oreille”. Mais je m’y suis habitué. Le mal ambulant. Peut-être que le chat est dans une poche ? Bref, assez vite, en oubliant les pauses pour le désastre économique et les coupures de courant, j’avais toutes les pièces de base dont j’avais besoin et une belle armée de méchants prêts à harceler un peu le monde.

En savoir plus